anticons

Qui sont les néo-Cons ?

In Articles on 23 mars 2013 at 2 h 27 min

Ce site se propose de faire connaître au public francophone la nébuleuse française au service de l’idéologie néo-conservatrice, un cercle de pensée né aux États-Unis dans les années 70, dont les promoteurs ont accédé de façon coordonnée au pouvoir en 2001, à l’origine des grands bouleversements géopolitiques guerriers de la dernière décennie.

Il se veut une compilation non exhaustive mais factuelle d’informations sourcées et/ou facilement vérifiables.

 Cliquez sur l’image pour agrandir

 Cliquez ici pour télécharger
la CARTE INTERACTIVE en PDF
( avec LIENS CLIQUABLES)

 

Introduction : Les néoconservateurs et leurs complices

On peut établir cinq catégories parmi les soutiens français à l’idéologie néoconservatrice, certains pouvant appartenir à plusieurs groupes :

Publicités

Christchurch : D’Alain Finkielkraut à Brenton Tarrant

In Articles on 16 mars 2019 at 18 h 53 min

En février dernier, en marge d’une des manifestations des « Gilets jaunes », le philosophe et académicien Alain Finkielkraut fut insulté par un individu qui sera placé en garde à vue 3 jours plus tard. Cet événement aura permis de diaboliser l’ensemble du mouvement des Gilets jaunes. Des personnes connues, de gauche, d’extrême gauche ou proches des “milieux indigénistes”, pour reprendre une formule droitière et douteuse, furent clouées au pilori par la bourgeoisie politico-médiatique. Pour les chantres du pouvoir actuel, des voix minimisent l’agression dont a été victime Alain Finkielkraut. Une conduite inadmissible disaient-ils à tour de rôle.

 

Cela fait des années qu’Alain Finkielkraut répand la haine disent ses détracteurs

Le vendredi 22 juillet 2011, la police arrête Anders Breivik. Cet homme de 32 ans vient de perpétrer les attentats à Utøya en Norvège. Le bilan est lourd : 77 morts et 151 blessés. Breivik est un suprémaciste blanc adepte de la théorie d’« Eurabia ». Ce néologisme forgé en 2005 par l’essayiste et contributrice de dreuz.info, Bat Ye’Or. Le concept Eurabia est souvent repris par des mouvements d’extrême droite parlant d’une Europe absorbée par le monde arabe. Anders Breivik est décrit par le Jerusalem Post comme “militant d’extrême droite sioniste fermement opposé à l’Islam”. Il cite plusieurs fois dans son manifeste Alain Finkielkraut, qui, souvenons-nous, avait approuvé dès 2017 la théorie raciste du « Grand Remplacement » :

 

Les Gilets Jaunes sermonnés par Juppé et le journal le Monde

In Articles on 9 janvier 2019 at 19 h 46 min

Qui sont-ils ?

En partant du côté droit, revenons sur le parcours d’Alain Juppé, l’actuel maire de Bordeaux issu du gaullisme dans sa version chiraquienne. Cette version du gaullisme s’est vue petit à petit amputée de sa dimension géopolitique. Au fil du temps Juppé est devenu un symbole de la droite dite « modérée » ou bien encore « républicaine ». Grand adepte de la rigueur budgétaire, Juppé fut fréquemment présenté comme l’homme de la situation par les éditocrates.

Alain Juppé, actuel maire de Bordeaux est issu du gaullisme dans sa version chiraquienne. Cette version du gaullisme s’est vue petit à petit amputée de sa dimension géopolitique. Au fil du temps Juppé est devenu un symbole de la droite dite « modérée » ou bien encore « républicaine ». Grand adepte de la rigueur budgétaire, Juppé fut fréquemment présenté comme l’homme de la situation par les éditocrates.

Il nous semble prépondérant d’attirer l’attention cette fois sur un journal, en l’occurrence Le Monde, qui se revendique explicitement non partisan mais qui malgré tout se dit solidaire des valeurs démocratiques telles que la justice, la tolérance et la lutte contre les discriminations, le racisme, etc. Ce journal aux aspects libertaires promeut également une idéologie atlantiste et néolibérale. Cette fusion du sociétal et de l’économique qui prône une convergence d’intérêts entre l’Europe et les Etats-Unis, fait du Monde le journal de la nouvelle bourgeoisie dont la devise pourrait-être “on ne vit qu’une fois et pour moi tout va bien”. A ce titre, Friedrich Hegel distingue le “bourgeois”, celui qui en agissant ne vise que lui-même, du citoyen qui, lui, vise l’universel à travers ses actes”.