AntiNeoCons

Archive for décembre 2011|Monthly archive page

Les opportunistes

In Articles on 22 décembre 2011 at 20 h 25 min

Les néoconservateurs et leurs complices

Les directeurs de conscience

Ils se revendiquent islamophobes

Les opportunistes

Le Cercle de l’Oratoire

Le Business sécuritaire

Vidéos

Les opportunistes, en mal de reconnaissance médiatique, et aspirant à devenir des directeurs de conscience, possèdent un répertoire de techniques de manipulation particulièrement riche : Insinuations, amalgames, diffamations, etc. Sans retenue, ils lancent des offensives ad hominem et cherchent à culpabiliser leurs opposants en se proclamant défenseurs de valeurs universelles inattaquables : Laïcité, démocratie, lutte contre le racisme et l’intégrisme, antifasciste, etc.

Ils sont cependant facilement reconnaissables : Toujours très intéressés, leurs positionnements sont à sens unique. Souvent plus jeunes que les directeurs de conscience, ils sont pour eux de véritables relais. Les opportunistes n’ont pas de réelle personnalité, on leur confie les basses besognes, en particulier sur internet, à moins qu’ils ne s’appliquent à traiter eux-mêmes les restes de ce que les directeurs de conscience leur laissent pour se faire les dents.

 

Caroline Fourest, Eura(chara)bia en version light

Journaliste à Charlie Hebdo, en 1997, elle fonde la revue Pro-Choix. Le journaliste Pascal Boniface dans son livre intitulé « Les Intellectuels faussaires » qualifie Caroline Fourest de « sérial-menteuse » et avance que la caractéristique principale de celle-ci serait « d’attribuer à ses adversaires des propos qu’ils n’ont jamais tenus ».

Pascal Boniface dénonce les intellectuels Faussaires

En conflit depuis 2007 avec le site islamophobe « Riposte laïque » concernant Eurabia, certains anciens contributeurs de la revue Pro-Choix sont néanmoins actuellement cadres de Riposte laïque : Pascal Hilout, Pierre Cassen, Anne Zelensky… En mars 2012, les deux premiers furent condamnés par le tribunal correctionnel de Paris à des peines d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans.

Riposte laïque condamné pour ses propos islamophobes – Libération

(Riposte laïque est co-organisateur avec le mouvement d’extrême droite « Bloc identitaire » des apéro saucisson-pinard ).

Caroline Fourest et Eurabia : Si aujourd’hui Mme Fourest prétend se démarquer de cette théorie, elle soulignait en 2005 dans une tribune qui lui a été accordée par le Wall Street Journal « l’incapacité des émigrants arabes à s’intégrer, une véritable menace pour les démocraties occidentales car les émigrés pourraient êtres tentés de rejoindre des cellules terroristes islamistes ». (2005, Wall Street Journal, chronique intitulée « War on Arabia »).

Or en 2005, Eurabia était bien un concept central pour le bloc identitaires et une grande partie de de l’extrême droite. Caroline Fourest ne pouvait l’ignorer.

Ils se revendiquent islamophobes

Indéniablement les fréquentations douteuses ne font plus les affaires de Caroline Fourest, quelqu’un qui a construit son image autour de la lutte contre « l’extrême droite ». Néanmoins les auteurs Hilout, Cassen et Zelensky sont toujours bien présents sur le version internet de la revue « Pro-Choix ».

Le numero 25 de ProChoix

n°26/27 : « Islamophobes … ou simplement LAÏQUES ? »

Caroline Fourest lutte pour le féminisme et la laïcité, contre l’intégrisme et le fondamentalisme 

En novembre 2011, dans le journal de France 2, Caroline Fourest explique qu’il faut défendre les intégristes jihadistes infiltrés en Libye, un peu comme cette amnésie unanime à laquelle nous assistons depuis l’été 2012, à propos des preuves si nombreuses, de combattants jihadistes infiltrés en Syrie. Elle nous dit : « Bien sûr que sur le sol, il y a des gens qui étaient intégristes, jihadistes même, eh bien il fallait les défendre quand même, parce que nos principes d’universalisme nous font refuser la dictature. Et puis la situation n’est pas la même en Tunisie et en Libye. En Libye, c’est un pays tribal, où l’islam est probablement la seule chose qui aujourd’hui peut faire une nation, et honnêtement, je crois qu’ils ne peuvent qu’en passer par là. »

Un an plus tard, en juillet 2012, Amnesty International, dans ce document intitulé Libya: rule of law or rule of militias?dresse l’état des lieux de la situation en Libye dans ces termes : Violations des droits humains, notamment par des arrestations et détentions arbitraires, des actes de torture (y compris lorsqu’ils entraînent la mort) – Impunité pour les homicides illégaux et les déplacements forcés – Violences contre les détenus et morts en détention.

Amnesty International | Libye. La mainmise des milices est corrosive pour l’état de droit

Toujours très présente sur le front des guerres impérialistes, Caroline Fourest réédite des accusations contre l’Iran similaires à celles des couveuses au Koweit contre l’Iraq : En février 2011, dans sa chronique hebdomadaire du Monde « Les yeux ouverts sur la Syrie », Caroline Fourest écrit : « D’après Al-Arabiya, des opposants au régime iranien affirment que leur gouvernement a fourni un four crématoire à son allié syrien. Installé dans la zone industrielle d’Alep, il tournerait à plein régime… Pour brûler les cadavres des opposants ? ».

Caroline Fourest, les fours crématoires et la Syrie

En juin 2012, elle participe à un débat très complaisant en Israël avec Finkielkraut. Là elle nous explique lutter contre le racisme, et que le conflit israélo-palestinien ne profite qu’aux salauds. Comprenne qui peut.

Caroline Fourest et Alain Finkelkraut débattent en Israel

A aucun moment, elle ne rappelle à Finkielkraut ses déclarations racistes, lorsqu’il écrivait « les Noirs et les Arabes ont la haine de la France », ou encore « les Antillais vivent de l’assistance de la métropole », ou encore « l’équipe de foot de France est ’black-black-black’, elle est devenue la risée de toute l’Europe ». Dans Le Point, il écrit à propos du livre « La Rage et l’orgueil » d’Oriana Fallaci ( une auteure qui écrit « Les musulmans se reproduisent comme des rats », et « souillent les églises d’occident des miasmes nauséabonds de leurs excréments ou de leur urine » ) que « Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. »

Pas la moindre remarque sur le gouvernement d’apartheid israélien par exemple :

Qui arrêtera la barbarie israélienne ?

De toute évidence, Caroline Fourest est la représentation parfaite de l’opportuniste, sa supposée conscience humaniste ne trompe plus grand monde, depuis toujours elle n’agit qu’en vue de sa réussite personnelle, sans cesse elle prétend combattre l’extrême droite et reprend les mêmes arguments qui sont devenus pour elle un véritable fond de commerce. A l’image d’un Philippe Val, Caroline Fourest est engagée dans un processus du « toujours plus », la condition sinéquanon à son changement de statut.

Non à Caroline Fourest la « porte-parole de l’islamophobie de gauche » à la fête de l’Huma !

« J’aimerais mieux être un opportuniste et flotter, que couler à pic, mes principes autour du cou. »
Stanley Baldwin

Rudy Reichstadt

Rudy Reichstadt, l’apprenti faussaire

Animateur du blog Conspiracy Watch, qui a pour but revendiqué de déjouer les théories du complot sans qu’on sache très bien le tri opéré entre les bonnes et les mauvaises. Car en 2006, Rudy signait un article très complotiste pour « La Revue républicaine« , de tendance gaulliste souverainiste. Jugez plutôt : « La stratégie sarkozienne. En avril 2004, en visite à Washington, celui qui était alors Ministre de l’économie et des finances, n’a pas hésité à répondre favorablement à l’invitation à déjeuner de représentants de l’influent American Jewish Comitee (AJC). Cette visite, qui, selon les termes d’Esther Benbassa, « a eu un impact très fort en France », prend place dans une stratégie de conquête du « vote juif » — aussi contestable que puisse apparaître ce type d’expression — qui ne doit rien à l’improvisation. C’est que « beaucoup de juifs éprouvent de la gratitude pour Nicolas Sarkozy », comme l’affirme Roger Cukierman, le président du CRIF. Le 30 mars 2006, Nicolas Sarkozy s’est ainsi vu décerner le prix de l’homme politique de l’année par l’Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF). Accueilli avec enthousiasme jusque parmi les rangs de l’Hachomer Hatzaïr, association sioniste pourtant classée à gauche, Nicolas Sarkozy doit sa popularité auprès des organisations communautaires juives à ses prises de position fermes sur l’antisémitisme, à son intransigeance sur la délinquance, et à sa démarcation de la ligne traditionnelle des gaullistes en terme de politique étrangère. Il est en effet l’un des rares présidentiables à proposer aussi clairement de réorienter la politique proche-orientale de la France, jugée pro-arabe, en faveur d’un soutien plus franc à l’Etat d’Israël, comme peuvent en témoigner ses récents propos sur la guerre du Liban. En outre, dans un contexte d’affrontement communautaire larvé entre juifs et musulmans, le Ministre de l’Intérieur se présente en grand consolateur de « la Communauté ». De sorte que dans l’imaginaire d’une partie non-négligeable de l’électorat juif, Nicolas Sarkozy est devenu celui qui, dans les banlieues comme sur la scène internationale, « tient tête aux Arabes. […] Nul doute que le chef de l’UMP voudrait pouvoir entretenir d’aussi bonnes relations avec toutes les autres organisations communautaires. Aussi n’hésite-t-il pas à faire des appels de pieds aux diverses sectes évangéliques ou encore à l’Eglise de scientologie qu’il qualifie pudiquement, dans son livre La République, les religions, l’espérance, de nouveaux mouvement spirituels.

Du communautarisme au républicanisme incantatoire

En 2005, un an auparavant, sur le forum du Nouvel obs, il avait témoigné de toute son admiration à Régis Debray : « Mon cher Monsieur Debray, je me permets une telle familiarité car le peu de choses auxquelles je crois, en matière politique, ce sont vos livres sur cette éternelle et répétitive comédie, la politique. »
En 2007-2009, nouveau changement de cap, cette fois à droite toute ! Il collabore à la revue néo-conservatrice « Le Meilleur des mondes », qui est le bras droit propagandiste du « Cercle de l’Oratoire ».
C’est au Cercle de l’Oratoire que nous trouvons Pierre-André Taguieff, son père spirituel, qui lui aussi selon ses dires lutte contre le Fascisme et les théories du complot (comparons : 58 Résultats pour la recherche de « Taguieff » sur le moteur de recherche du site Conspiracy Watch, 0 Résultats pour « Regis Debray »).

Comme tous les opportunistes, Rudy Reichstadt pratique le tri sélectif et à aucun moment il ne souligne l’implication de Pierre-André Taguieff au sein du site DREUZ, journal internet de propagande de Bat Ye’Or l’essayiste créatrice de la théorie conspirationniste et islamophobe Eurabia, dont le concept est repris par la majeure partie des mouvements de l’extrême droite européenne.

Taguieff écrivait : « Fallaci vise juste, même si elle peut choquer par certaines formules. » Rappelons que Fallaci la journaliste fut inculpée pour diffamation contre l’islam.

Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie

« Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels. »
Pierre-André Taguieff, France Inter, 1997

Rudy Reichstadt, le témoin militant, juge et partie

 

Tristan Mendès France, l’éternel blogueur

Fils de l’universitaire Michel Mendès France et petit-fils du célèbre président du conseil de la quatrième république, Pierre Mendès France, aujourd’hui encore référence idéologique d’une partie de la gauche française. Chroniqueur occasionnel sur France Culture, tout comme Rudy Reichstadt, il participe à la revue Pro-Choix de Fiametta Venner et Caroline Fourest et anime un blog de contre-culture.

Fiammetta Venner, rebelle de la pensée dominante 

Directrice de publication de la revue Prochoix, elle fait aussi partie de la rédaction de Charlie Hebdo. Elle écrit « Le 5 mai 2002, Jacques Chirac est réélu président de la République avec plus de 82 % des voix. (…) Le soir même, sur la place de la République, des dizaines de milliers de Français viennent exprimer leur soulagement et leur joie devant la tribune de Chirac. Beaucoup sont d’origine maghrébine. Les caméras immortalisent cette adhésion au candidat de la droite. Un homme connu pour sa politique étrangère pro-arabe, tandis que son adversaire socialiste Lionel Jospin avait reçu des pierres en Palestine pour y avoir qualifié le Hamas de mouvement terroriste. »

Pour elle et sa compagne Caroline Fourest, le mot « islamophobie » a été pensé par les islamistes pour piéger le débat au profit de leur lutte contre le blasphème. Il est urgent de ne plus l’employer pour combattre à nouveau le racisme et non la critique laïque de l’islam. Une théorie contestée par le journaliste Alain Gresh, qui nous indique que l’on retrouve l’expression « délire islamophobe » dès 1925 en France. Le terme « islamophobie » était même apparu dès 1910 dans l’ouvrage d’Alain Quellien « La politique musulmane dans l’Afrique Occidentale Française », ainsi que dans d’autres publications de la même époque, comme l’ouvrage de Maurice Delafosse « Haut-Sénégal-Niger » publié en 1912.

Hollywood et les Arabes

Mohamed Sifaoui, l’étrange (dés)informateur

Journaliste, écrivain algérien installé en France, membre du « Meilleur des Mondes » la revue néoconservatrice éditée par « le Cercle de l’Oratoire ».

Dans un entretien accordé en 2008 au Middle East Quarterly, dirigé par Daniel Pipes (néo-conservateur américain), il estime que « près de 20% des musulmans de la planète doivent être totalement rééduqués mais aussi combattus politiquement, idéologiquement et militairement ». L’islamisme serait selon lui comparable au fascisme et au nazisme.

Dans l’émission de TF1 « Le Droit de savoir, j’ai infiltré le Milieu asiatique », Mohamed Sifaoui présente cette population comme refusant l’intégration et dit de ses membres qu’ils ne respecteraient ni les lois ni les règles républicaines françaises, et qu’elle « ne pense qu’à gagner de l’argent ».

Affaire Estelle Mouzin : En janvier 2008, M. Sifaoui intervient, il explique avoir entendu parler de la découverte d’un corps d’enfant par des ouvriers lors des travaux de transformation d’un entrepôt de Brie-Comte-Robert en restaurant. Dix personnes sont ensuite mises en garde à vue et sont rapidement relâchées après démolition du sol du restaurant à la pelleteuse qui n’a révélé que des ossements d’animaux et pas de cadavre humain. Mais il s’agissait d’un ancien entrepôt industriel devenu à la fin de l’été 2007 un restaurant chinois.

Après avoir infiltré Al-Qaida, Sifaoui infiltre Arte

Antoine Vitkine, multi-tâches sans scrupules

Il est lui aussi membre du « Cercle de l’Oratoire », qui édite la revue « Le Meilleur des Mondes ». Réalisateur de documentaires pour la télévision française, en particulier pour la société de production Doc en Stock, fondée par Daniel Leconte (dont les documentaires sur la banlieue ont été dénoncés comme racistes et malhonnêtes, Marianne titrait « La Cité du mâle » : le docu qui fait mal au journalisme).

Barbara Necek, la sous-traitante

Auteur elle aussi de films documentaires principalement pour la société de production Doc en Stock, une entreprise très proche des milieux néoconcervateurs français. 

En 2008, elle réalise le reportage Génération Irak, qui a pour objectif de venter l’état d’esprit patriotique des jeunes soldats qui s’engagent dans l’armée américaine. Aujourd’hui, un vétéran américain se suicide toutes les 80 minutes.

Un vétéran américain se suicide toutes les 80 minutes

JeanCharlesBrisard

Jean-Charles Brisard, un pas en avant, deux pas en arrière

Consultant international, spécialiste des questions liées au terrorisme, il écrit en 2001 : « Ben Laden, la vérité interdite », en collaboration avec Guillaume Dasquié, un livre qui retrace les négociations secrètes entre l’administration Bush et les talibans,basé sur le rapport « Brizard-Marsaud » d’intelligence économique transmis à Jacques Chirac au lendemain des attentats par son commanditaire, le sulfureux Jean Marie Messier, alors PDG de Vivendi-Universal, ex Generale des Eaux reconvertie à l’insu de ses actionnaires dans le capitalisme des images, secteur spéculatif hasardeux si on n’est pas soi-même américain, comme SONY en fera l’expérience plus tard aussi.

Le Cercle de l’Oratoire

In Articles on 22 décembre 2011 at 19 h 50 min
Groupe de réflexion français créé peu après les attentats du 11 Septembre 2001, le Cercle de l’Oratoire s’inscrit dans le courant atlantiste. 
 
Il est proche du PNAC (Project for a New American Century), le think tank néoconservateur dont étaient issus les principaux membres de l’administration Bush. Son but est de défendre la politique américaine auprès de l’opinion publique, le plus grand danger selon eux étant l’islamisme qu’ils qualifient « d’islamo-fascisme » ou de « fascisme vert ».

                                 Pierre-André Taguief, la croisée des chemins 

Auteur sur le site islamophobe DREUZ, politologue et historien. Membre du cercle de réflexion néoconservateur Le Cercle de l’Oratoire, il fait également partie du comité de rédaction de la revue de ce cercle, « Le Meilleur des mondes ».
Taguief déclarait : « Fallaci vise juste même si elle peut choquer par certaines formules ». Oriana Fallaci est la journaliste italienne qui écrivait entre autre : « Les musulmans se multiplient comme des rats ».

Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie 

  

Michel Taubmann, de Troski à Bush 

Journaliste français à Arte, il est également le directeur de la revue « Le Meilleur des mondes », un prolongement du cercle de l’Oratoire, alors que dans sa jeunesse, il militait pour la ligue communiste.
 
Lui et ses amis de l’Oratoire ont apporté tout leur soutien à l’administration Bush pendant 8 ans. On y retrouve entre autre : Monique Canto-Sperber, André Glucksmann, Pierre-André Taguieff, Pascal Bruckner, Olivier Rolin, Stéphane Courtois, Max Lagarrigue, Thérèse Delpech, Antoine Basbous, Frédéric Encel, Cécilia Gabizon, Elisabeth Schemla, Fadela Amara, Bernard Kouchner.


Florence Taubmann, caution morale chez Endemol 

Membre du cercle de l’Oratoire et épouse de Michel Taubmann, Florence Taubmann est pasteur du Temple de l’oratoire du Louvre et vice-présidente de l’Amitié judéo-chrétienne.

Elle est également l’auteur de quelques ouvrages religieux : “Les fêtes religieuses, la prière personnelle” ou bien encore “Les lamentations de Jérémie”. En juin 2011, elle rejoint le comité de déontologie d’Endemol France, groupe de production connu pour ses émissions de téléréalité comme Loft Story, Star Academy et autres Secret Story. ( Nous retrouvons, dans le capital d’Endemol, Silvio Berlusconi et Goldman Sachs).


Alexandre Adler, l’ami d’Henry Kissinger

1965, Alexandre Adler adhère à la SFIO pendant la campagne présidentielle de François Mitterrand.

Après 1968, il quitte le Parti socialiste pour le PCF (11 ans), rédacteur en chef adjoint de la revue La Pensée. En 1984, il est recruté par le Parti socialiste pour travailler à sa commission de politique extérieure. Après 1988, il se rapproche de Jean-Pierre Chevènement puis de Philippe Seguin. En 2007, il appelle à voter Nicolas Sarkozy dans sa chronique éditoriale au Figaro.
Ami personnel d’Henry Kissinger, Richard Perle, Paul Wolfowitz. En 2003, il écrit à propos de Rony Brauman « Les traîtres Juifs » et qualifie Daniel Mermet de « journaliste brejnievien ».

Ils se revendiquent islamophobes

In Articles on 21 décembre 2011 at 23 h 42 min

Eurabia, néologisme forgé en 2006 par l’essayiste Bat Ye’Or.

Un concept souvent reprise par des mouvements d’extrême droite, parlant d’une Europe absorbée par le monde arabe. Le journaliste et écrivain Johann Hari qualifie les deux d’« étonnamment similaires », faisant référence à la théorie du complot juif des Protocoles des Sages de Sion.

Adam Keller, activiste israélien pour la paix écrivait :

« En 1886, l’antisémite français Edouard Drumont publiait La France juive, créant la fausse image cauchemardesque d’une France dominée par les Juifs, semant les grains empoisonnés qui devinrent fruits quand les dirigeants de la France de Vichy collaborèrent à l’assassinat de masse des juifs français. […] Bat Ye’or marche dans ces célèbres traces en créant la fausse image cauchemardesque d’une Europe dominée par les arabes et les musulmans. »

Dans le Dagens Nyheter journal suédois, les journalistes Andreas Malm et Eva Ekselius réagissaient à la thèse de Bat Ye’Or, les musulmans sont à leur tour victimes d’une propagande antisémite, il y a une comparaison directe avec l’Europe d’avant-guerre.

Anders Breivik, l’auteur des attentats de 2011 en Norvège, adhère à la théorie d’Eurabia dans son manifeste politique.

Pour Bat Ye’Or et ses amis, DREUZ.info représente une véritable officine de propagande, difficile de ne pas être abasourdi par le récital islamophobe que nous proposent les auteurs de ce site.

 Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie 

                                                   

                                               Michel Garroté, « Je suis islamophobe. C’est un délit d’opinion ! »
Rédacteur du site Dreuz.info, il a travaillé dans le journalisme puis comme porte-parole du PDG de la multinationale Nestlé.

                                           Image:2006345 5.jpg

                                                         Guy Millière                                                      

Pour lui George Bush a été « un homme droit et bon ».
Il appartient à différents think-tanks néo-conservateurs et libéraux ou pro-sionistes. Il est membre du comité de rédaction du site néo -conservateur et pro-sioniste Dreuz.info. et est éditorialiste à la Metula News Agency, également un site d’informations pro-sioniste.

L’après Bush commence. Milliere Guy

                                                    
                                                 Jean-Patrick Grumberg 
« Si les Musulmans ne veulent pas s’adapter aux Français, vous devrez vous adapter aux Musulmans ».
Journaliste, éditeur du site Dreuz.info, photographe de rue, membre du conseil d’administration de la Chambre de Commerce et d’Industrie Israël France et ancien lobbyiste. J.P. Grumberg a vécu à Paris, puis Los Angeles, et s’est établi entre Israël et la Californie.
La promotion du bloc identitaire 
Grumberg ne cache pas sa  sympathie pour l’extrême droite la plus violente. Pire, il relaie  leurs thèses !
Sur le site Dreuz.info, Jean-Patrick Grumberg écrit « la reconquête de la France a commencé le 20 octobre 2012. Je fais le vœu, pour le peuple français, que cette date soit un jour inscrite dans les livres d’histoire. »
Lors de la manifestation de « Génération identitaire », le 20 octobre 2012, sur le chantier de la mosquée de Poitiers, 73 militants étaient montés sur le toit du bâtiment pour y déployer une banderole. Quatre d’entre eux, dont le chef de file présumé du mouvement, ont été mis en examen pour « provocation publique à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe », « vols et dégradations » et « organisation d’une manifestation sans autorisation préalable ».
Selon une note du Sdig révélée par «Libération», les militants identitaires qui ont occupé le chantier de la mosquée de Poitiers étaient fichés pour activisme d’extrême droite.

Fabrice Robert, président fondateur de Novopress et du Bloc Identitaire, fut condamné en 1992 à un mois de prison avec sursis et 10 000 francs d’amende pour avoir distribué des tracs négationnistes (niant les chambres à gaz) à la sortie de lycées niçois. Robert a également été délégué municipal pour le Front National et porte-parole d’Unité Radicale, un groupuscule terroriste d’extrême droite qui est maintenant interdit en France pour cause d’idéologie raciste et antisémite.

Avec Philippe Vardon, un autre cadre de la mouvance identitaire, Robert était membre du groupe de rock « Fraction Hexagone ». Des paroles qui ne laissent place à aucun doute concernant la psychologie des deux personnages.
«Une balle pour les sionistes/Une balle pour les cosmopolites/Une balle pour les yankees/Une balle pour les lobbies/Une balle pour les marxistes/Une balle pour les capitalistes/Une balle pour la censure et pour cette dictature.»
Mars 2012 
Il faut aider Riposte Laïque, par Jean-Patrick Grunberg 
« Riposte Laïque, attaquée en justice pour avoir dit le vrai, vient d’être condamnée par la police de la pensée à 12.000 euros d’amende. Nous devons les aider parce que la police de la pensée, toujours les mêmes « usual suspects » SOS Racisme, MRAP et LDH, ne s’arrêteront pas là, et que nous devons leur résister. »
Deux responsables du site islamophobe Riposte Laïque furent condamnés par le tribunal correctionnel de Paris à des peines d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans.
Les propos litigieux étaient deux éditoriaux postés sur le site le 11 octobre et le 12 décembre 2010. Le premier était intitulé « Pourra-t-on vaincre l’offensive islamiste par les seuls moyens démocratiques? » et le second « Occupation : bien sûr que les prières dans la rue, les voiles, le halal et les mosquées sont des symboles d’occupation et de conquête ».
A propos du drame de Toulouse, ce site islamophobe avait à nouveau publié des textes belliqueux : « S’il s’agit d’un islamiste, on va nous dire que c’est le fait d’un individu isolé, (…) que cela ne touche en rien la communauté musulmane, que cela ne remet en rien en question l’islam. (…) C’est la même chose à chaque fois qu’un musulman fait acte de terrorisme. » La faute au Coran dit-elle, « recueil » 
de préceptes « de violence et d’encouragements à la guerre ».
                                                   Michel Gurfinkiel
                                                         Michel Gurfinkiel
Il affirme sans la moindre retenue : « La socialiste française Martine Aubry préfère le Hamas ».
 
Journaliste, il contribue ou a contribué (à divers titres) à Valeurs Actuelles (dont il a été rédacteur en chef), Le Spectacle du Monde, Commentary, The Wall Street Journal, The New York Sun, The Middle East Quarterly, The Weekly Standard, The Jerusalem Post.

  Europe/ Gaza et la gauche – Michel Gurfinkiel

                                     

                                                        Ivan Rioufol                                         

Il se demande, « Stéphane Hessel s’excusera-t-il auprès d’Israël ? » 
Il rejoint Le Figaro en 1985 au service La vie des médias, en tant que responsable de la rubrique « Confidentiel ».
 
Il devient rédacteur en chef du service des informations générales, puis éditorialiste.
Ivan Rioufol est membre de l’ »Antlantis Institute », un cercle de réflexion néo-conservateur.
M. Rioufol, indigné mais sélectif, dans l’affaire Merah, il déclara : « ces moralistes … ont couvé un monstre ». Bien entendu  il désignait la gauche.
 
Sur Breivik, il écrit: « Les commentaires que je lis (notamment sur Libération et Le Monde) tendent à faire peser sur l’essayiste suisse Bat Ye’or, un des auteurs cités par Breivik dans sa prose, la responsabilité intellectuelle de cette tragédie ».

                                    

                                               Gilles-William Goldnadel                       

Avocat et essayiste français, auteur du site Dreuz.info et chroniqueur pour le journal atlantiste Atlantico.

 
Tout comme son compagnon de lutte Ivan Rioufol, Gilles-William Goldnadel est également un spécialiste de l’indignation à géométrie variable. En 1985, il fait condamner le dessinateur Siné pour des propos antisémites.
Et il défend, au nom de la liberté d’expression, la journaliste islamophobe Oriana Fallaci. Entre autres, Fallaci écrivait : « Il y a quelque chose, dans les hommes arabes, qui dégoûte les femmes de bon goût ».
 
En avril 2012, dans une large tribune éditée par le site Atlantico, l’avocat réagit :
« Pourquoi il est indécent de clouer au pilori les intellectuels qui ont inspiré Anders Breivik. 
Parmi eux, mon amie et cliente, la grande historienne égyptienne Bat Ye’or qui aura la première popularisé la notion de dimmitude des juifs et des chrétiens en terres islamiques. Il est inutile de préciser que cette anti-islamiste déclarée n’a jamais appelé à la moindre violence contre qui que ce soit. Il n’empêche qu’elle aurait influencé le tueur. »
M. Goldnadel n’a pas le moindre scrupule, quelques jours avant il écrivait : « Quand une certaine gauche interdit de mettre en garde contre cette haine islamiste de l’Occident. »

Les Responsables : Olivier Besancenot, Pierre Laurent, sur lequel il écrit, « en digne héritier de son stalinien de père » (alors que la famille de Gilles-William Goldnadel était communiste). Dans son article, il n’épargne pas les Verts. Pour lui, Olivier Rolin et Cécile Duflot sont atteints d’une « stupidité écœurante ». 

Le Business sécuritaire

In Articles on 21 décembre 2011 at 0 h 25 min

Le Business sécuritaire est principalement représenté par le duo Raufer-Bauer.
L’un est issu de l’extrême droite de la fin des années 60, l’autre de la gauche libérale anticommuniste des années 80.

Alain Bauer et le consortium de la peur 

Ainsi les collusions d’intérêts ont réunis d’anciens jeunes voyous du mouvement d’extrême droite « OCCIDENT » (recyclés pour la plupart dans les années 70 par le vichyste antisémite George Albertini), associés avec certains socialistes tendance Néo Libérale Atlantiste… comme le dit la maxime « Les bons comptes font les bons amis ».

 

 
Xavier Raufer, d’Occident à la propagande sécuritaire
De son vrai nom, Christian de Bongain. En 1986, la revue Histoire s’adresse à Xavier Raufer : « Votre carrière est peu commune. En 1963, adolescent, vous militez du côté d’une extrême droite plutôt violente » Il répondra : « J’ai même participé – par discipline plus que par goût personnel – à des actions “dures”, contre une ambassade, par exemple ».
 
Le Figaro désignait Occident comme un « groupuscule de nervis, formé en commando », une « association de malfaiteurs ».
 
Dans le numéro 14 de la revue Occident université, il mène sous son vrai nom l’interview d’un officier allemand qui a combattu dans la Wehrmacht pendant la Seconde Guerre mondiale, puis comme mercenaire aux côtés du major Mike Hoare pendant la crise congolaise.
 
En mars 1970, Raufer collabore au n° 8 de L’Elite européenne, qui fait de la publicité pour l’agence portugaise Aginter-Press, contrôlée par la PIDE, la police politique de Salazar.
Son lourd passé d’extrémiste ne l’empêche pas publier des ouvrages consacrés à la criminalité, au terrorisme et à l’insécurité urbaine, notamment avec Alain Bauer.
Le chercheur en sciences sociales rattaché à Paris VII, Mathieu Rigouste critique les thèses défendues par Xavier Raufer et précise : « Ses productions idéologiques constituent une sorte d’archétype de la collusion entre l’idéologie sécuritaire et l’extrême droite ».
Haut François, MC
François Haut, Directeur du site DRM
Département de Recherche sur les Menaces Criminelles, la principale structure de rayonnement du réseau organisé autour de Raufer et Bauer.
 
 
Comme Raufer, François Haut intervient au Club de l’Horloge « un cercle de réflexion politique »d’orientation libérale-conservatrice regroupant des cadres, des hauts fonctionnaires, des intellectuels, des hommes politiques et des universitaires français de droite et d’extrême droite, ont prôné une « union de la droite, en faisant entrer le Front national dans une alliance de gouvernement ».
Alain Bauer, Monsieur sécurité 
Comme de nombreux néoconservateurs il vient de la gauche libérale anticommuniste.
 
 
Pour le Monde diplomatique, le sociologue et historien Laurent Mucchiellin écrivait en 2005. MM. Alain Bauer et Xavier Raufer, parmi d’autres, n’hésitent pas à faire d’un incendie volontaire un « attentat de basse intensité », ou encore à affirmer qu’« à partir de ces zones de non-droit inaccessibles aux forces de l’ordre et grouillant d’armes de guerre, assurer la logistique d’un réseau terroriste est stricto sensu un jeu d’enfant ».
 
En 1994, il a créé sa propre société de conseil et de formation en sécurité, AB Associates. Par la suite, il devient directeur de la SAIC – Europe, la machine de guerre secrète et privée du Pentagone et de la CIA, décrite comme un Etat dans l’Etat au service du complexe militaro – industriel américain.

SAIC Société Militaire Privée

 Yves Roucaute, le missionnaire du néoconservatisme
Alain Bauer cite, à plusieurs reprises, Yves Roucote comme un des « amis » ayant fortement contribué à imposer leur vision du crime en haut-lieu. Ce dernier avait signé en 2008 – aux côtés d’Alain Bauer et de Xavier Raufer – la déclaration « Une vocation nouvelle pour la criminologie ». Pour le chercheur en sciences sociales Mathieu Rigouste, il s’agit là du texte fondateur d’un véritable putsch universitaire.
Le dernier livre de Roland Jacquard s'intitule
 Roland Jacquard, un étrange expert 
Ancien journaliste au Canard Enchaîné, il est le président de l’Observatoire international du Terrorisme.
Le 22 juillet 2011, suite aux attentats d’Oslo, il affirme sans hésiter : ” des pistes Al-Qaida… un fort intérêt pour les discours des prédicateurs dans un pays devenu… une cible molle”.
En réalité, le crime fut commis par le norvégien islamophobe Anders Behring Breivik.
Frédéric Encel, le fanatisme mondain

Professeur de relations internationales et membre du cercle de l’Oratoire, le principal réseau néoconservateur en France. Pour le journaliste Pascal Boniface et le politologue Vincent Geisser, Frédéric Encel est un ancien membre du Bétar-Tagar ( un groupuscule d’extrême droite sioniste). Selon Boniface et Geisser, aucune source sérieuse ne permet d’attester la validité de ses titres académiques, un cursus universitaire façonné grâce à l’influence de ses réseaux sociaux, politiques et sécuritaires.

Victime du betar et LDJ

Faux expert ? Vrai propagandiste !

Notre spécialiste s’inscrit dans une démarche partisane, justifiant systématiquement les guerres impérialistes ainsi que la politique belliciste israélienne. Pascal Boniface rapportait que « de façon hallucinante, Frédéric Encel fut invité par le journal de France 2 à commenter les obsèques de Yasser Arafat. Sans respecter le deuil, pendant la retransmission de la cérémonie, il n’a cessé de mettre en cause Arafat dans son soutien au terrorisme et sa corruption. »

Malgré un style grandiloquent, Encel ne parvient à faire illusion que lorsqu’il n’a pas de débatteur de qualité pour réfuter son catéchisme néo-colonial.

Par exemple en octobre 2011, lors d’une émission de Frédéric Taddeï Ce soir ou jamais, sur le thème de la situation en Libye, il est face au journaliste belge Michel Collon, qui est bien renseigné sur les conflits internationaux. Frédéric Encel sera écrasé par les arguments de Collon, et en sera réduit à le qualifier de « complotiste ».
« Complotiste », « conspirationniste », là est tout le secret de la méthode du petit joueur Encel afin de s’octroyer quatre as avant chaque début de partie.

Michel Collon face à face Frédéric Encel

Les néoconservateurs et leurs complices

In Articles on 21 décembre 2011 at 0 h 17 min

Une ambition modelée depuis plusieurs décennies

D’anciens sympathisants de la gauche américaine, ces jeunes leaders déçus de l’enlisement des valeurs à gauche, ont basculé vers les élites de droite réactionnaire dans le but de régénérer le mythe américain. « Commentary Magazine », une revue fondée par l’American Jewish Committee en 1945, était à l’origine un journal positionné dans le courant libéral, mais au fil du temps, il est devenu une parution majeure pour le mouvement néocons. Dans son ouvrage « Running Commentary », Benjamin Balin écrit que « le magazine a transformé  des juifs de gauche en mouvement néo-conservateur de droite ».

Book review: Running Commentary 

 

Influences intellectuelles

En premier lieu, citons l’américain d’origine allemande, le philosophe politique Leo Strauss qui a influencé plusieurs de ses élèves, comme Allan Bloom, Francis Fukuyama, et un petit groupe d’intellectuels qui dans leur jeunesse étaient trotskistes avant de devenir libéraux. Ces derniers comprennent entre autres Irving Kristol, éditeur de la revue Commentary, puis les éditeurs de la revue britannique Encounter, un journal subventionné par la CIA ( révélation du New York Times en avril 1966). Norman Podhoretz, autre mentor des néo-conservateurs, fut de 1960 à 1995, le rédacteur en chef du mensuel Commentary.

La doctrine 

Le néoconservatisme est donc une variante de l’idéologie politique du conservatisme qui combine les caractéristiques du conservatisme traditionnel et de l’individualisme qu’il qualifie de libre entreprise. Les néoconservateurs ont approuvé la totalité des programmes anti-sociaux conçus pour bouleverser les structures de l’aide sociale. Pour eux, seules les initiatives privées ont pour fonction de renforcer la charité, via le financement d’organisations religieuses qui ont seules la vocation à s’occuper en direct des pauvres et des marginaux. L’Etat en est lui réduit à devenir un simple auxiliaire des conglomérats de l’énergie ou de l’armement.

 

En politique étrangère, les néo-conservateurs prétendent lutter contre le terrorisme et l’extrémisme, et mettre en œuvre l’installation de démocraties dans les pays émergents, sous la forme d' »aides » auprès de ces pays pour qu’ils adoptent des gouvernements démocratiques. Dans les faits, le néoconservatisme a pris la forme d’une politique volontariste et interventionniste, soutenant certaines dictatures quand elles leurs étaient favorables, en particulier les monarchies pétrolières du Golf. Les néoconservateurs ont également apporté un soutien inconditionnel au Likoud, le parti de l’extrême-droite israélienne. Là est tout le paradoxe de cette mouvance : une alliance entre ultra-sionistes venue de la gauche trotskiste, et fondamentalistes chrétiens de type évangélique, qui au nom de l’intérêt économique ont conforté des liens avec les monarchies arabes. Mais comme l’affirme un certain Henry Kissinger, « Les grandes puissances n’ont pas de principes, seulement des intérêts. » 

Carlyle group, Bush et Ben Laden, une histoire de famille 

En 1997, un petit groupe de personnes pour la plupart républicains sous l’influence idéologique des théoriciens Léo Strauss et Norman Podhoretz, fonde le « Project for the New American Century » – Projet pour le Nouveau Siècle Américain (PNAC) – véritable programme d’action qui va s’avérer capable d’influencer la plupart des partis, des réseaux d’influence, des niveaux décisionnels, et surtout des médias.

 

Un think tank américain 

… qui ne cache pas son ambition : Promouvoir le leadership américain sur le reste du monde. William Kristol, président du PNAC, nous explique en effet que « ce qui est bon pour l’Amérique l’est pour le monde ». Néanmoins, comme tout à un prix, cet expansionnisme demande de l’énergie diplomatique, mais surtout des moyens militaires. Le rapport rédigé en 2000 par les membres du PNAC « Reconstruire les défenses de l’Amérique » est sans équivoque, et résume à lui seul les intentions bellicistes du Project for the New American Century : Augmenter le budget militaire, maintenir une supériorité nucléaire, moderniser les équipements militaires… 

Qui sont-ils ? 

William Kristol, Robert Kagan, Devon Gaffney Cross, Bruce P. Jackson et John R. Bolton, Gary Schmitt, Dick Cheney (futur Vice-président des Etats-Unis), Donald Rumsfeld (futur secrétaire d’Etat à la Défense), Paul Wolfowitz (futur sous-secrétaire d’Etat à la Défense, Président de la Banque Mondiale), Jeb Bush (Gouverneur de Floride), Richard Perle (Conseiller de G.W. Bush aux Affaires Etrangères)…

Leur stratégie est-elle toujours d’actualité ?

Lors d’une conférence donnée à San Francisco le 3 octobre 2007, Wesley Clark, général 4 étoiles retraité des Forces armées des Etats-Unis, affirme que dix jours après le 11-Septembre, les invasions de l’Irak, de la Libye, de la Syrie, de l’Iran et de plusieurs autres pays du Moyen-Orient avaient déjà été planifiées.

Le plan US post 11/9 : envahir 7 pays dont l’Irak, la Lybie, la Syrie et l’Iran, selon le général US Wesley Clark

L’illusion d’un débat contradictoire : 

1/ La version plutôt républicaine 

Il s’agit de la doctrine du « Choc des civilisations » inspirée par l’intellectuel Samuel Huntington qui fut membre du Conseil de sécurité nationale au sein de l’administration Carter. Pour lui, la source fondamentale de conflit dans ce nouveau monde ne sera pas essentiellement idéologique ou économique, mais principalement culturelle, et les principaux conflits de la politique mondiale se produiront entre nations et groupes de différentes civilisations.

Dès lors, comment concocter une stratégie de domination, déguisée en science, qui exploite ce constat ? Huntington souligne le retour des identités culturelles, mises entre parenthèses durant l’époque de l’ordre binaire de la guerre froide (1947-1990). Le monde se divise en une dizaine de civilisations : Les civilisations chinoise, japonaise, hindoue, islamique, occidentale, latino-américaine, africaine et orthodoxe. Une classification huntingtonienne purement arbitraire, contestable et contestée. En effet, Huntington ne tient pas compte dans sa proposition des enjeux politico-financiers, des différences religieuses entre mondes musulman et chrétien, il postule que l’Occident est garant des valeurs démocratiques, ou encore il inclut la Grèce uniquement dans l’univers orthodoxe. Selon lui le monde arabo-musulman serait entré en guerre contre le monde judéo-chrétien. Il décrit l’islam et la Chine comme « des puissances grandissantes potentiellement unies » et parle de « la filière islamo-confucéenne », face à un Occident déclinant au XXIe siècle. Opposé à un interventionnisme direct, il préconise le conflit par pays interposés afin d’éliminer les rivaux. Selon lui l’intervention occidentale dans les affaires des autres civilisations est probablement la source la plus dangereuse d’instabilité et de conflit potentiel global dans un monde multi-civilisationnel. Washington doit passer un accord de zone d’influence avec Moscou, soutenir le Japon habilement pour en faire un concurrent de la Chine en Asie, et ainsi empêcher Pékin d’élargir l’axe islamo-confucéen. 

Malgré des différences notables, en particulier sur le procédé le mieux adapté pour servir les intérêts américains dans le reste du monde par des interventions directes ou indirectes, les thèses d’Huntington servirent de support idéologique aux dirigeants de l’administration Bush Jr, combinant ainsi une forme de sublimation du religieux à d’autres impératifs beaucoup plus stratégiques et pragmatiques, ce que Bush Junior a appelé « la guerre contre l’axe du mal ».

(La formule « choc de civilisations » fut lancé pour la première fois par Bernard Lewis à la fois consultant du Conseil de sécurité nationale des États-Unis et conseiller de Benyamin Netanyahou alors ambassadeur d’Israël à l’ONU).

2/ La version plutôt démocrate

Zbigniew Brzezinski n’est pas un néo-conservateur au sens strict, néanmoins son influence au sein du pouvoir profond américain fait de lui un personnage incontournable du dispositif américain en matière de politique étrangère. Il prône la méthode douce en apparence, et se fait une spécialité de la guerre indirecte et durable de faible intensité. Pour y parvenir, il défend le financement de groupes terroristes. Comme l’affirme l’ancien directeur de la CIA Robert Gates dans ses Mémoires : les services secrets américains ont commencé à aider les moudjahidine afghans six mois avant l’intervention soviétique. Robert Gates, l’homme de Brzezinski, est le véritable fil conducteur des idées du PNAC chez les républicains et chez les démocrates. Il a été secrétaire à la Défense des États-Unis sous George Bush Jr, et il a conservé son poste avec Obama. 

Pour Brzezinski la suprématie américaine est un impératif géostratégique. Il est primordial qu’aucun pays challenger n’émerge et soit capable de dominer l’Eurasie.

Il écrit : « L’Asie centrale et la mer Caspienne sont connus pour contenir des réserves de gaz naturel et de pétrole qui éclipsent celles du Koweït, du Golfe du Mexique, ou de la mer du Nord… Cela met l’accent sur les manœuvres et les manipulations que ne devons mettre en place, afin de prévenir l’émergence d’une coalition hostile qui pourrait chercher à contester la primauté de l’Amérique. La tâche la plus urgente consiste à s’assurer qu’aucun Etat ou combinaison d’Etats gagne la capacité d’expulser les États-Unis de l’Eurasie ou même de diminuer de manière significative son rôle décisif d’arbitrage. » 

Zbigniew Brzezinski, un homme omniprésent quel que soit le pouvoir en place. Conseiller de la sécurité nationale sous la présidence de Jimmy Carter (1977-81), Administrateur et fondateur de la Commission Trilatérale sous Ronald Reagan – membre du NSC-Département de la Défense, membre du Foreign Intelligence, ancien membre du conseil d’administration du Council on Foreign Relations (C F R), en 1988 il est conseiller à la sécurité nationale pour l’administration Bush père, et il fut également l’un des membres participants au Groupe de Bilderberg. Actuellement, Brzezinski est le Conseiller d’Obama en politique étrangère. 

Le néo-conservatisme d’aujourd’hui est un produit générique

Contrairement à d’autres entités autoritaires de type fasciste, le système néo-cons est beaucoup moins rigide et grossier, et s’appuie sur une nébuleuse de sous groupes permettant ainsi de cibler un public spécifique. Dans les faits, il en résulte un un réseau plus ou moins formel, aux engagements politiques multiples, imposant son propre dictat. N’y voir qu’un bloc monolithique contribue à mener à l’impasse toute analyse sur ce sujet. En effet, il est relativement vain de chercher une quelconque ressemblance culturelle entre un néo-cons millénariste créationniste américain et un néo-cons de tendance libertaire.

Malgré tout, un examen d’ensemble nous permet de comprendre les liens qui les unissent. 

 

En France, qui sont-ils ? Un faisceau d’indices à notre disposition

Véritables agents de diffusion d’une idéologie, ils constituent un réseau de convergence d’intérêts considérables, venant d’horizons politiques pourtant très différents : Ultra gauche, gauche libérale, droite réactionnaire, droite libertaire ou encore simples opportunistes. Ainsi, ce qui pourrait apparaître comme un handicap au regard des antagonismes culturels initiaux, devient au final une arme redoutable qui fait d’eux de terribles représentants multi-cartes, un avantage certain quand l’objectif est d’influencer les médias et la société en général. 

Terra Nova, l’American Jewish Committee et la guerre contre l’Iran – Les blogs du Diplo

Une indication : Même déguisés, ils utilisent tous une sémantique similaire, ainsi « l’islamo-fascisme » est un terme utilisé de manière récurrente, toujours très présent chez les néo-cons revendiqués, notamment chez Norman Podhoretz le père spirituel.

Autre indication : A aucun moment vous ne trouverez l’un d’entre eux appeler à juger comme criminels de guerre Georges W.Bush, Dick Cheney, Condoleezza Rice, ou bien Donald Rumsfeld. Ils concluront toujours par un « oui, mais l’Amérique est une grande démocratie ». 

Quel est leur but ? 

1/ Promouvoir le “leadership” mondial des États-Unis sur le reste du monde en justifiant les guerres impérialistes.

2/ Lutter contre toute forme de conscience divergente et cela par tous les moyens envisageables, du contrôle des lignes éditoriales au recours à la calomnie et au mensonge.

Alors pourquoi ce site ?

Deux choix s’offrent à nous : Ne rien faire et dans ce cas, ces prédateurs nous conforterons assurément dans un véritable ghetto mental, ou alors résister en contestant ce qui les anime : « L’appétit du Pouvoir ». Dans un premier temps, il s’agit d’identifier leurs liens et leurs intérêts communs, afin de leur faire face en toute connaissance de cause. 

Nous avons identifié cinq catégories bien distinctes parmi les soutiens français à l’idéologie néoconservatrice, même si certains peuvent appartenir à plusieurs groupes.

Les directeurs de conscience

Ils se revendiquent islamophobes 

Les opportunistes 

Le Cercle de l’Oratoire 

Le Business sécuritaire 

compilations-de-neo-cons

In Articles on 4 décembre 2011 at 19 h 13 min

Ce site se propose de faire connaître au public francophone la nébuleuse française au service de l’idéologie néo-conservatrice, un courant de pensée né aux États-Unis dans les années 70, dont les promoteurs ont accédé de façon coordonnée au pouvoir en 2001, à l’origine des grands bouleversements géopolitiques du XXIe siècle.

Vous trouverez donc une compilation non exhaustive mais factuelle d’informations sourcées et/ou facilement vérifiables. Voici donc les véritables « réseaux de l’extrême » ! Ceux qui réduisent les cerveaux qui oseraient réfléchir et qui sous couvert de bonnes intentions tentent tout simplement de réduire au silence les opposants à leur « pensée inique ».

Il est important de déconstruire le travail de propagande puissamment organisé par de nombreux​​ « Think Thank » (cercles de réflexions​​) et autres officines tellement ​​intégrés au système que l’on fini par oublier leurs idéologies totalitaires et leur asservissement à des intérêts non démocratiques. ​​On retrouvera​ donc dans cet inventaire​ de très nombreux chiens de garde et autres​ « experts​ » (en propagande). La collection étant, bien sûr, à compléter.

antineocons

Cliquez sur l’image pour agrandir

 

Introduction : Les néoconservateurs et leurs complices

Cinq catégories bien distinctes parmi les soutiens français à l’idéologie néoconservatrice, même si certains peuvent appartenir à plusieurs groupes :