anticons

Search for “islamophobie”

Christchurch : D’Alain Finkielkraut à Brenton Tarrant

In Articles on 16 mars 2019 at 18 h 53 min

En février dernier, en marge d’une des manifestations des « Gilets jaunes », le philosophe et académicien Alain Finkielkraut fut insulté par un individu qui sera placé en garde à vue 3 jours plus tard. Cet événement aura permis de diaboliser l’ensemble du mouvement des Gilets jaunes. Des personnes connues, de gauche, d’extrême gauche ou proches des “milieux indigénistes”, pour reprendre une formule droitière et douteuse, furent clouées au pilori par la bourgeoisie politico-médiatique. Pour les chantres du pouvoir actuel, des voix minimisent l’agression dont a été victime Alain Finkielkraut. Une conduite inadmissible disaient-ils à tour de rôle.

 

Cela fait des années qu’Alain Finkielkraut répand la haine disent ses détracteurs

Le vendredi 22 juillet 2011, la police arrête Anders Breivik. Cet homme de 32 ans vient de perpétrer les attentats à Utøya en Norvège. Le bilan est lourd : 77 morts et 151 blessés. Breivik est un suprémaciste blanc adepte de la théorie d’« Eurabia ». Ce néologisme forgé en 2005 par l’essayiste et contributrice de dreuz.info, Bat Ye’Or. Le concept Eurabia est souvent repris par des mouvements d’extrême droite parlant d’une Europe absorbée par le monde arabe. Anders Breivik est décrit par le Jerusalem Post comme “militant d’extrême droite sioniste fermement opposé à l’Islam”. Il cite plusieurs fois dans son manifeste Alain Finkielkraut, qui, souvenons-nous, avait approuvé dès 2017 la théorie raciste du « Grand Remplacement » :

 

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Le Monde à l’épreuve de la méthode de son « Décodex »

In Articles on 17 juin 2017 at 13 h 56 min

Ukraine, Taguieff, Syrie, Trump : les embardées du Monde…

Pour ceux qui auraient échappé à la dernière campagne de communication du Monde, sachez que ce journal, afin de lutter contre les « fausses informations », a lancé en février dernier un outil d’évaluation des contenus en ligne appelé « Décodex« . Cette application permet via Google Chrome ou Firefox d’accéder en permanence à l’annuaire des sources recensées dans le Décodex.

Pour être précis, en conformité avec des règles préétablies, cet outil délivre des « bons ou des mauvais points » par l’intermédiaire de vignettes colorées : Rouges pour “les sites qui diffusent des fausses informations”, oranges pour “celles dont la fiabilité est douteuse” et bleues pour “celles provenant de sites parodiques”. A noter que les vignettes vertes qui indiquaient “les sites fiables” ont été supprimées. En somme, le Décodex s’inscrit dans la logique de diabolisation des sources qui échappent aux réseaux professionnels de l’information, et des opinions souvent iconoclastes qui en découlent. Cette initiative pour le moins manichéenne, a été accueillie par un grand nombre de journalistes de manière très négative. Mais soyons beaux joueurs et partons du postulat que dans chaque entreprise il y a une part de bonne foi. Aussi, avant sans doute d’expédier ce “joujou extra” au musée des objets insolites, soumettons la version internet du Monde à la critique de son fameux Décodex. Lire le reste de cette entrée »

Front National : un monstre utile au libéralisme 

In Articles on 20 mai 2017 at 12 h 13 min

A chaque élection, nous n’y échappons pas. Là encore le FN et ceux à qui il rend service ont réussi à pourrir le débat. “Vous êtes avec nous, ou contre nous”, rabâchent-ils réciproquement. Ils n’ont pas leur pareil pour nous plonger dans une dramaturgie où le bien et le mal vont une fois encore s’affronter dans un combat à mort. “L’enjeu est tel que vous ne devez pas prendre le moindre risque”, disent-ils sans relâche. Il va donc falloir choisir son candidat, qui est « la digne héritière de Jeanne d’Arc » pour les uns, et “l’incarnation de la pureté républicaine” pour les autres. Cette exaltation a pour effet immédiat l’instauration d’un cadre de pensée qui hiérarchise les discussions : Du seul fait que la fin de campagne tourne à une vulgaire bagarre de chiffonniers, la question économique et sociale est mise de côté le temps de l’élection.

BHL, Valls, Sifaoui et consorts instrumentalisent le FN pour revendiquer leur rôle « républicain ».

Comment en est-on arrivé là ? Cette logique est elle rédhibitoire ? Peut-on sortir de cette aliénation ? Que faire pour lutter contre ce système ?

Pour tenter de répondre au mieux à ces questions, n’est-il pas primordial dans un premier temps de reconsidérer un segment récent de notre histoire ?  Lire le reste de cette entrée »

Macron chez de Villiers : une rencontre riche d’enseignements

In Articles on 8 septembre 2016 at 7 h 31 min

Le 19 août dernier notre ex-ministre de l’économie Emmanuel Macron, nouvelle égérie de l’ultralibéralisme, s’est rendu au Puy-du-Fou où il a rencontré l’une des figures de proue de l’ultra droite islamophobe française Philippe de Villiers, qui pour mémoire fut secrétaire d’Etat lors d‘une des périodes de cohabitation du gouvernement Chirac sous la Présidence de François Mitterrand.

Pour l’occasion, Emmanuel Macron déclara : « L’honnêteté m’oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste« . Vous allez nous dire… nous le savions déjà ! Mais il y a plus intéressant, lorsqu’il ajoute « tout en étant avant tout « ministre de la République » qui se doit de « servir l’intérêt général » ». Or Le Puy-du-Fou est un fief de l’anti-républicanisme. Bon nombre d’historiens spécialistes de la contre-révolution voient dans Le Puy-du-Fou une exaltation du mythe d’un “âge d’or français”, celui d’un peuple heureux dirigé par une caste supérieure (les nobles) soucieuse du bien commun.

macron-de-villiers-c-loic-venance-afp-tt-width-604-height-403-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

Lire le reste de cette entrée »

MEMRI : La machine néo-conservatrice à fabriquer de la peur de l’islam

In Articles on 6 avril 2016 at 18 h 56 min

Le best-of des médias de l'Orient - Le blog du Memri' - laregledujeu_org_memri
L’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient, plus connu par son acronyme anglais MEMRI

A – Une source redondante des médias néoconservateurs déguisés en progressistes

C’est donc en tant que source de ces médias, que le MEMRI sait s’illustrer : Il est ainsi l’une des sources principales de la version électronique de Prochoix, la revue de Caroline Fourest, de Conspiracy Watch, le site de Rudy Reichstadt, et de La Règle du Jeu, la revue fondée par Bernard-Henri Lévy. BHL pousse même le zèle en attribuant une section spéciale à MEMRI sur son site.

B – Une usine à fabriquer la peur envers l’islam

Dans un rapport intitulé « L’usine à fabriquer des peurs : les racines de l’islamophobie », le Center for American Progress, groupe de réflexion américain proche du parti démocrate US, établit que le MEMRI « promeut la propagande islamophobe aux Etats-Unis au travers de choix de traduction sélectifs qui ont pour but de faire valoir que l’Islam est intrinsèquement violent et favorise l’extrémisme ».

Parmi les nombreux points abordés, retenons que Robert Spencer et Daniel Pipes comptent sur le MEMRI pour leur propagande et que le terroriste norvégien Anders Breivik a cité le MEMRI seize fois dans son manifeste. Plus troublant encore, les traductions du documentaire enflammé antimusulman « Obsession : radical Islam’s war against the West » ont été fournies par le MEMRI. Le site du film fait aussi figurer le MEMRI comme source pour la vidéo « Radical Islam and Terrorism Today ».

Lire le reste de cette entrée »

Ornella Guyet : L’archétype de la désinformation

In Articles on 9 octobre 2015 at 16 h 42 min

Ornella Guyet, alias Marie-Anne Boutoleau, déguisée en « journaliste antifa ».

Ornella Guyet se déclare “journaliste spécialiste des réseaux d’extrême droite”. Sous le pseudonyme de Marie-Anne Boutoleau et par l’intermédiaire du site Indymedia Paris, elle s’est fait connaître par des campagnes de diffamation et d’injures à l’encontre de nombreuses personnalités de gauche qu’elle associe aux « fascistes ». Parmi la longue liste des offensés, nous retrouvons François Ruffin, Pierre Carles, Michel Collon, Frédéric Lordon, Hervé Kempf, Alain Gresh, ou encore Noam Chomsky.

L’expression « confusionnisme” fait désormais partie de la novlangue d’Ornella Guyet et de nombreux groupuscules qui se réclament de la lutte antifasciste. Afin d’amalgamer la lutte contre néolibéralisme et impérialisme à l’extrême droite, ces “activistes” n’ont jamais eu le moindre scrupule pour employer des arguments fallacieux habituellement utilisés par les propagandistes du néocolonialisme qui se doivent de justifier une guerre tout les six mois.

Via son site Confusionnisme.info, Ornella Guyet nous signale ici très succinctement pour ne pas dire de manière simpliste, que “le confusionnisme politique peut relever d’une stratégie mûrement réfléchie (c’est notamment souvent le cas à l’extrême droite) comme il peut aussi être le fruit de l’ignorance ou de la naïveté de certains militants (notamment à gauche).” Sans plus de précisions Ornella Guyet rajoute : “Historiquement, on peut situer les débuts de ce phénomène en France à la fin du 19ème siècle”.

Mais plusieurs questions se posent : Qui est vraiment Ornella Guyet ? Quelles sont ses motivations ? Pourquoi reprend-elle à son compte la rhétorique et les méthodes habituellement utilisées par les néo-conservateurs ? Comment expliquer qu’elle fustige une très grande partie de la gauche alors qu’elle ne dit mot sur une certaine extrême droite ? Quelles sont les sources de cette « journaliste antifa » ? Pour répondre à ces interrogations il nous a semblé important de revenir attentivement sur la sémantique des diatribes diffusées par Ornella Guyet. Lire le reste de cette entrée »

Sergents du néoconservatisme et extrémisme, lutte ou alliance ?

In Articles on 1 juin 2014 at 23 h 11 min

 

Une série de bouleversements internationaux a fait d’eux les acteurs incontournables de la scène politico-médiatique. Ils sont ceux que les rédactions consultent en priorité pour des événements tels que les crises en Libye et en Syrie, ou récemment la crise ukrainienne.

L’élection en 2007 de Nicolas Sarkozy, le président français « le plus pro-américain depuis la IIe guerre mondiale », de l’aveu même des diplomates américains, donna l’occasion aux sergents du néoconservatisme de franchir un nouveau palier. Leur rôle dans la société s’est alors considérablement accru notamment dans le service public, ou à des postes comme patrons de presse, chroniqueurs radio ou encore réalisateurs de reportages TV.
Ils y ont investi des positions clé du point de vue de leur objectif d’endoctrinement. Le néoconservatisme est plus que jamais la tête de pont de la politique ultra agressive des USA. Et pour que l’opinion publique tolère cette course à la guerre, il faut des petits soldats de la pensée qui instillent le poison de la haine à dose régulière dans les cerveaux. Décryptage.

https://rutube.ru/play/embed/7101818

Rappel succinct

 Comment fonctionne la propagande néocon ?

De Gauche à Droite les néoconservateurs veillent

Dans les précédents dossiers (ici), nous avons pu démontrer que les néocons étaient détectables grâce à 4 critères déterminants : Lire le reste de cette entrée »

Faux antifascistes et Indymedia Paris soumis au détecteur de mensonge

In Articles on 20 mars 2014 at 18 h 30 min

Depuis quelques années nous avons vu fleurir de nombreux groupuscules se réclamant de la lutte antifasciste.

Ces activistes sont-ils les dignes héritiers de l’antifascisme historique, celui issu de la coalition de partis de gauche à l’origine de la formation du Front populaire qui, sous l’occupation, résista à l’Allemagne nazie et au régime de la collaboration ?

Mais s’agit-il de protestations de bonne foi ? Quelles sont leurs sources ? Leur raisonnement tient-il debout ? Qui se cache derrière ces pseudo « antifas »?

.

I- L’alerte antifasciste : décryptage d’une manipulation 

los+ssimmssonn+no+bailan+pogoL’alerte (pseudo)-antifasciste s’apparente à une chasse aux sorcières maccarthyste, déguisée en combat contre le racisme. Elle est menée par quelques publications aux méthodes insidieuses et bien rodées (voir la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste). Derrière une façade pétrie d’idéaux et de symbolique d’inspiration libertaire, il s’agit pourtant bien d’outils de propagande néoconservatrice, donc raciste et guerrière. Lire le reste de cette entrée »

De BHL à Charlie Hebdo : la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste.

In Articles on 1 décembre 2013 at 11 h 23 min

Ils vous feront détester l’Islam et aimer la guerre

Machine de propagande capable d’infiltrer des médias historiquement ancrés à gauche, les néoconservateurs déguisés en progressistes obtiennent votre consentement aux guerres contemporaines, ou tout au moins, l’assurance de votre laisser-faire.

Leurs armes ? Le détournement d’un discours moral, des choix éditoriaux incitant plus ou moins subtilement à la haine raciale, et une situation oligopolistique des médias.

0

Cette étude vise à aller au delà de formule simpliste « les médias appartiennent aux marchands de canons », pour mettre à jour la mécanique de propagande de guerre et de haine ressassée en continu par les mass-médias sous le joug du lobbyisme néoconservateur.

Pour ce faire, nous reviendrons sur le tournant de 2005 où être progressiste autorisait bizarrement à promouvoir la haine des musulmans. Puis nous découvrirons MEMRI, un des rouleaux-compresseurs propageant l’idée d’un choc des civilisations qui légitimerait le pire. Enfin, nous nous pencherons sur ces nombreux faux experts qui appartiennent à des groupuscules néo-cons et développent leur propagande dans tout l’espace médiatique.

I. Comment le fait d’insulter les musulmans est devenu un attribut antifasciste Lire le reste de cette entrée »

Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie

In Articles on 1 juin 2013 at 17 h 07 min

Pierre-André Taguieff prétend lutter contre le populisme, l’extrême droite, l’antisémitisme et le racisme.

Il vient de sortir son dernier ouvrage : « Dictionnaire historique et critique du racisme ». Pour la soirée de lancement furent présentes entre autre Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et Anne Sinclair, Directrice éditoriale du Huffington Post.

Mais qui est donc Pierre-André Taguieff ? Un intellectuel humaniste ou un idéologue dont les propos récurrents font preuves d’une intolérance proche de l’extrémisme.
Essayons de confronter ses prétendues bonnes intentions à la réalité de ses propos.