anticons

Search for “islamophobie”

Le Monde à l’épreuve de la méthode de son « Décodex »

In Articles on 17 juin 2017 at 13 h 56 min

Ukraine, Taguieff, Syrie, Trump : les embardées du Monde…

Pour ceux qui auraient échappé à la dernière campagne de communication du Monde, sachez que ce journal, afin de lutter contre les « fausses informations », a lancé en février dernier un outil d’évaluation des contenus en ligne appelé « Décodex« . Cette application permet via Google Chrome ou Firefox d’accéder en permanence à l’annuaire des sources recensées dans le Décodex.

Pour être précis, en conformité avec des règles préétablies, cet outil délivre des « bons ou des mauvais points » par l’intermédiaire de vignettes colorées : Rouges pour “les sites qui diffusent des fausses informations”, oranges pour “celles dont la fiabilité est douteuse” et bleues pour “celles provenant de sites parodiques”. A noter que les vignettes vertes qui indiquaient “les sites fiables” ont été supprimées. En somme, le Décodex s’inscrit dans la logique de diabolisation des sources qui échappent aux réseaux professionnels de l’information, et des opinions souvent iconoclastes qui en découlent. Cette initiative pour le moins manichéenne, a été accueillie par un grand nombre de journalistes de manière très négative. Mais soyons beaux joueurs et partons du postulat que dans chaque entreprise il y a une part de bonne foi. Aussi, avant sans doute d’expédier ce “joujou extra” au musée des objets insolites, soumettons la version internet du Monde à la critique de son fameux Décodex. Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Front National : un monstre utile au libéralisme 

In Articles on 20 mai 2017 at 12 h 13 min

A chaque élection, nous n’y échappons pas. Là encore le FN et ceux à qui il rend service ont réussi à pourrir le débat. “Vous êtes avec nous, ou contre nous”, rabâchent-ils réciproquement. Ils n’ont pas leur pareil pour nous plonger dans une dramaturgie où le bien et le mal vont une fois encore s’affronter dans un combat à mort. “L’enjeu est tel que vous ne devez pas prendre le moindre risque”, disent-ils sans relâche. Il va donc falloir choisir son candidat, qui est « la digne héritière de Jeanne d’Arc » pour les uns, et “l’incarnation de la pureté républicaine” pour les autres. Cette exaltation a pour effet immédiat l’instauration d’un cadre de pensée qui hiérarchise les discussions : Du seul fait que la fin de campagne tourne à une vulgaire bagarre de chiffonniers, la question économique et sociale est mise de côté le temps de l’élection.

BHL, Valls, Sifaoui et consorts instrumentalisent le FN pour revendiquer leur rôle « républicain ».

Comment en est-on arrivé là ? Cette logique est elle rédhibitoire ? Peut-on sortir de cette aliénation ? Que faire pour lutter contre ce système ?

Pour tenter de répondre au mieux à ces questions, n’est-il pas primordial dans un premier temps de reconsidérer un segment récent de notre histoire ?  Lire le reste de cette entrée »

Macron chez de Villiers : une rencontre riche d’enseignements

In Articles on 8 septembre 2016 at 7 h 31 min

Le 19 août dernier notre ex-ministre de l’économie Emmanuel Macron, nouvelle égérie de l’ultralibéralisme, s’est rendu au Puy-du-Fou où il a rencontré l’une des figures de proue de l’ultra droite islamophobe française Philippe de Villiers, qui pour mémoire fut secrétaire d’Etat lors d‘une des périodes de cohabitation du gouvernement Chirac sous la Présidence de François Mitterrand.

Pour l’occasion, Emmanuel Macron déclara : « L’honnêteté m’oblige à vous dire que je ne suis pas socialiste« . Vous allez nous dire… nous le savions déjà ! Mais il y a plus intéressant, lorsqu’il ajoute « tout en étant avant tout « ministre de la République » qui se doit de « servir l’intérêt général » ». Or Le Puy-du-Fou est un fief de l’anti-républicanisme. Bon nombre d’historiens spécialistes de la contre-révolution voient dans Le Puy-du-Fou une exaltation du mythe d’un “âge d’or français”, celui d’un peuple heureux dirigé par une caste supérieure (les nobles) soucieuse du bien commun.

macron-de-villiers-c-loic-venance-afp-tt-width-604-height-403-crop-0-bgcolor-000000-nozoom_default-1-lazyload-0

Lire le reste de cette entrée »

MEMRI : La machine néo-conservatrice à fabriquer de la peur de l’islam

In Articles on 6 avril 2016 at 18 h 56 min

Le best-of des médias de l'Orient - Le blog du Memri' - laregledujeu_org_memri
L’Institut de recherche des médias du Moyen-Orient, plus connu par son acronyme anglais MEMRI

A – Une source redondante des médias néoconservateurs déguisés en progressistes

C’est donc en tant que source de ces médias, que le MEMRI sait s’illustrer : Il est ainsi l’une des sources principales de la version électronique de Prochoix, la revue de Caroline Fourest, de Conspiracy Watch, le site de Rudy Reichstadt, et de La Règle du Jeu, la revue fondée par Bernard-Henri Lévy. BHL pousse même le zèle en attribuant une section spéciale à MEMRI sur son site.

B – Une usine à fabriquer la peur envers l’islam

Dans un rapport intitulé « L’usine à fabriquer des peurs : les racines de l’islamophobie », le Center for American Progress, groupe de réflexion américain proche du parti démocrate US, établit que le MEMRI « promeut la propagande islamophobe aux Etats-Unis au travers de choix de traduction sélectifs qui ont pour but de faire valoir que l’Islam est intrinsèquement violent et favorise l’extrémisme ».

Parmi les nombreux points abordés, retenons que Robert Spencer et Daniel Pipes comptent sur le MEMRI pour leur propagande et que le terroriste norvégien Anders Breivik a cité le MEMRI seize fois dans son manifeste. Plus troublant encore, les traductions du documentaire enflammé antimusulman « Obsession : radical Islam’s war against the West » ont été fournies par le MEMRI. Le site du film fait aussi figurer le MEMRI comme source pour la vidéo « Radical Islam and Terrorism Today ».

Lire le reste de cette entrée »

Ornella Guyet : L’archétype de la désinformation

In Articles on 9 octobre 2015 at 16 h 42 min

Ornella Guyet, alias Marie-Anne Boutoleau, déguisée en « journaliste antifa ».

Ornella Guyet se déclare “journaliste spécialiste des réseaux d’extrême droite”. Sous le pseudonyme de Marie-Anne Boutoleau et par l’intermédiaire du site Indymedia Paris, elle s’est fait connaître par des campagnes de diffamation et d’injures à l’encontre de nombreuses personnalités de gauche qu’elle associe aux « fascistes ». Parmi la longue liste des offensés, nous retrouvons François Ruffin, Pierre Carles, Michel Collon, Frédéric Lordon, Hervé Kempf, Alain Gresh, ou encore Noam Chomsky.

L’expression « confusionnisme” fait désormais partie de la novlangue d’Ornella Guyet et de nombreux groupuscules qui se réclament de la lutte antifasciste. Afin d’amalgamer la lutte contre néolibéralisme et impérialisme à l’extrême droite, ces “activistes” n’ont jamais eu le moindre scrupule pour employer des arguments fallacieux habituellement utilisés par les propagandistes du néocolonialisme qui se doivent de justifier une guerre tout les six mois.

Via son site Confusionnisme.info, Ornella Guyet nous signale ici très succinctement pour ne pas dire de manière simpliste, que “le confusionnisme politique peut relever d’une stratégie mûrement réfléchie (c’est notamment souvent le cas à l’extrême droite) comme il peut aussi être le fruit de l’ignorance ou de la naïveté de certains militants (notamment à gauche).” Sans plus de précisions Ornella Guyet rajoute : “Historiquement, on peut situer les débuts de ce phénomène en France à la fin du 19ème siècle”.

Mais plusieurs questions se posent : Qui est vraiment Ornella Guyet ? Quelles sont ses motivations ? Pourquoi reprend-elle à son compte la rhétorique et les méthodes habituellement utilisées par les néo-conservateurs ? Comment expliquer qu’elle fustige une très grande partie de la gauche alors qu’elle ne dit mot sur une certaine extrême droite ? Quelles sont les sources de cette « journaliste antifa » ? Pour répondre à ces interrogations il nous a semblé important de revenir attentivement sur la sémantique des diatribes diffusées par Ornella Guyet. Lire le reste de cette entrée »

Sergents du néoconservatisme et extrémisme, lutte ou alliance ?

In Articles on 1 juin 2014 at 23 h 11 min

 

Une série de bouleversements internationaux a fait d’eux les acteurs incontournables de la scène politico-médiatique. Ils sont ceux que les rédactions consultent en priorité pour des événements tels que les crises en Libye et en Syrie, ou récemment la crise ukrainienne.

L’élection en 2007 de Nicolas Sarkozy, le président français « le plus pro-américain depuis la IIe guerre mondiale », de l’aveu même des diplomates américains, donna l’occasion aux sergents du néoconservatisme de franchir un nouveau palier. Leur rôle dans la société s’est alors considérablement accru notamment dans le service public, ou à des postes comme patrons de presse, chroniqueurs radio ou encore réalisateurs de reportages TV.
Ils y ont investi des positions clé du point de vue de leur objectif d’endoctrinement. Le néoconservatisme est plus que jamais la tête de pont de la politique ultra agressive des USA. Et pour que l’opinion publique tolère cette course à la guerre, il faut des petits soldats de la pensée qui instillent le poison de la haine à dose régulière dans les cerveaux. Décryptage.

https://rutube.ru/play/embed/7101818

Rappel succinct

 Comment fonctionne la propagande néocon ?

De Gauche à Droite les néoconservateurs veillent

Dans les précédents dossiers (ici), nous avons pu démontrer que les néocons étaient détectables grâce à 4 critères déterminants : Lire le reste de cette entrée »

Faux antifascistes et Indymedia Paris soumis au détecteur de mensonge

In Articles on 20 mars 2014 at 18 h 30 min

Depuis quelques années nous avons vu fleurir de nombreux groupuscules se réclamant de la lutte antifasciste.

Ces activistes sont-ils les dignes héritiers de l’antifascisme historique, celui issu de la coalition de partis de gauche à l’origine de la formation du Front populaire qui, sous l’occupation, résista à l’Allemagne nazie et au régime de la collaboration ?

Mais s’agit-il de protestations de bonne foi ? Quelles sont leurs sources ? Leur raisonnement tient-il debout ? Qui se cache derrière ces pseudo « antifas »?

.

I- L’alerte antifasciste : décryptage d’une manipulation 

los+ssimmssonn+no+bailan+pogoL’alerte (pseudo)-antifasciste s’apparente à une chasse aux sorcières maccarthyste, déguisée en combat contre le racisme. Elle est menée par quelques publications aux méthodes insidieuses et bien rodées (voir la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste). Derrière une façade pétrie d’idéaux et de symbolique d’inspiration libertaire, il s’agit pourtant bien d’outils de propagande néoconservatrice, donc raciste et guerrière. Lire le reste de cette entrée »

De BHL à Charlie Hebdo : la propagande néoconservatrice déguisée en gauche progressiste.

In Articles on 1 décembre 2013 at 11 h 23 min

Ils vous feront détester l’Islam et aimer la guerre

Machine de propagande capable d’infiltrer des médias historiquement ancrés à gauche, les néoconservateurs déguisés en progressistes obtiennent votre consentement aux guerres contemporaines, ou tout au moins, l’assurance de votre laisser-faire.

Leurs armes ? Le détournement d’un discours moral, des choix éditoriaux incitant plus ou moins subtilement à la haine raciale, et une situation oligopolistique des médias.

0

Cette étude vise à aller au delà de formule simpliste « les médias appartiennent aux marchands de canons », pour mettre à jour la mécanique de propagande de guerre et de haine ressassée en continu par les mass-médias sous le joug du lobbyisme néoconservateur.

Pour ce faire, nous reviendrons sur le tournant de 2005 où être progressiste autorisait bizarrement à promouvoir la haine des musulmans. Puis nous découvrirons MEMRI, un des rouleaux-compresseurs propageant l’idée d’un choc des civilisations qui légitimerait le pire. Enfin, nous nous pencherons sur ces nombreux faux experts qui appartiennent à des groupuscules néo-cons et développent leur propagande dans tout l’espace médiatique.

I. Comment le fait d’insulter les musulmans est devenu un attribut antifasciste Lire le reste de cette entrée »

Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie

In Articles on 1 juin 2013 at 17 h 07 min

Pierre-André Taguieff prétend lutter contre le populisme, l’extrême droite, l’antisémitisme et le racisme.

Il vient de sortir son dernier ouvrage : « Dictionnaire historique et critique du racisme ». Pour la soirée de lancement furent présentes entre autre Aurélie Filippetti, ministre de la Culture et de la Communication, et Anne Sinclair, Directrice éditoriale du Huffington Post.

Mais qui est donc Pierre-André Taguieff ? Un intellectuel humaniste ou un idéologue dont les propos récurrents font preuves d’une intolérance proche de l’extrémisme.
Essayons de confronter ses prétendues bonnes intentions à la réalité de ses propos.

Les opportunistes

In Articles on 22 décembre 2011 at 20 h 25 min

Les néoconservateurs et leurs complices

Les directeurs de conscience

Ils se revendiquent islamophobes

Les opportunistes

Le Cercle de l’Oratoire

Le Business sécuritaire

Vidéos

Les opportunistes, en mal de reconnaissance médiatique, et aspirant à devenir des directeurs de conscience, possèdent un répertoire de techniques de manipulation particulièrement riche : Insinuations, amalgames, diffamations, etc. Sans retenue, ils lancent des offensives ad hominem et cherchent à culpabiliser leurs opposants en se proclamant défenseurs de valeurs universelles inattaquables : Laïcité, démocratie, lutte contre le racisme et l’intégrisme, antifasciste, etc.

Ils sont cependant facilement reconnaissables : Toujours très intéressés, leurs positionnements sont à sens unique. Souvent plus jeunes que les directeurs de conscience, ils sont pour eux de véritables relais. Les opportunistes n’ont pas de réelle personnalité, on leur confie les basses besognes, en particulier sur internet, à moins qu’ils ne s’appliquent à traiter eux-mêmes les restes de ce que les directeurs de conscience leur laissent pour se faire les dents.

 

Caroline Fourest, Eura(chara)bia en version light

Journaliste à Charlie Hebdo, en 1997, elle fonde la revue Pro-Choix. Le journaliste Pascal Boniface dans son livre intitulé « Les Intellectuels faussaires » qualifie Caroline Fourest de « sérial-menteuse » et avance que la caractéristique principale de celle-ci serait « d’attribuer à ses adversaires des propos qu’ils n’ont jamais tenus ».

Pascal Boniface dénonce les intellectuels Faussaires

En conflit depuis 2007 avec le site islamophobe « Riposte laïque » concernant Eurabia, certains anciens contributeurs de la revue Pro-Choix sont néanmoins actuellement cadres de Riposte laïque : Pascal Hilout, Pierre Cassen, Anne Zelensky… En mars 2012, les deux premiers furent condamnés par le tribunal correctionnel de Paris à des peines d’amende pour provocation à la haine envers les musulmans.

Riposte laïque condamné pour ses propos islamophobes – Libération

(Riposte laïque est co-organisateur avec le mouvement d’extrême droite « Bloc identitaire » des apéro saucisson-pinard ).

Caroline Fourest et Eurabia : Si aujourd’hui Mme Fourest prétend se démarquer de cette théorie, elle soulignait en 2005 dans une tribune qui lui a été accordée par le Wall Street Journal « l’incapacité des émigrants arabes à s’intégrer, une véritable menace pour les démocraties occidentales car les émigrés pourraient êtres tentés de rejoindre des cellules terroristes islamistes ». (2005, Wall Street Journal, chronique intitulée « War on Arabia »).

Or en 2005, Eurabia était bien un concept central pour le bloc identitaires et une grande partie de de l’extrême droite. Caroline Fourest ne pouvait l’ignorer.

Ils se revendiquent islamophobes

Indéniablement les fréquentations douteuses ne font plus les affaires de Caroline Fourest, quelqu’un qui a construit son image autour de la lutte contre « l’extrême droite ». Néanmoins les auteurs Hilout, Cassen et Zelensky sont toujours bien présents sur le version internet de la revue « Pro-Choix ».

Le numero 25 de ProChoix

n°26/27 : « Islamophobes … ou simplement LAÏQUES ? »

Caroline Fourest lutte pour le féminisme et la laïcité, contre l’intégrisme et le fondamentalisme 

En novembre 2011, dans le journal de France 2, Caroline Fourest explique qu’il faut défendre les intégristes jihadistes infiltrés en Libye, un peu comme cette amnésie unanime à laquelle nous assistons depuis l’été 2012, à propos des preuves si nombreuses, de combattants jihadistes infiltrés en Syrie. Elle nous dit : « Bien sûr que sur le sol, il y a des gens qui étaient intégristes, jihadistes même, eh bien il fallait les défendre quand même, parce que nos principes d’universalisme nous font refuser la dictature. Et puis la situation n’est pas la même en Tunisie et en Libye. En Libye, c’est un pays tribal, où l’islam est probablement la seule chose qui aujourd’hui peut faire une nation, et honnêtement, je crois qu’ils ne peuvent qu’en passer par là. »

Un an plus tard, en juillet 2012, Amnesty International, dans ce document intitulé Libya: rule of law or rule of militias?dresse l’état des lieux de la situation en Libye dans ces termes : Violations des droits humains, notamment par des arrestations et détentions arbitraires, des actes de torture (y compris lorsqu’ils entraînent la mort) – Impunité pour les homicides illégaux et les déplacements forcés – Violences contre les détenus et morts en détention.

Amnesty International | Libye. La mainmise des milices est corrosive pour l’état de droit

Toujours très présente sur le front des guerres impérialistes, Caroline Fourest réédite des accusations contre l’Iran similaires à celles des couveuses au Koweit contre l’Iraq : En février 2011, dans sa chronique hebdomadaire du Monde « Les yeux ouverts sur la Syrie », Caroline Fourest écrit : « D’après Al-Arabiya, des opposants au régime iranien affirment que leur gouvernement a fourni un four crématoire à son allié syrien. Installé dans la zone industrielle d’Alep, il tournerait à plein régime… Pour brûler les cadavres des opposants ? ».

Caroline Fourest, les fours crématoires et la Syrie

En juin 2012, elle participe à un débat très complaisant en Israël avec Finkielkraut. Là elle nous explique lutter contre le racisme, et que le conflit israélo-palestinien ne profite qu’aux salauds. Comprenne qui peut.

Caroline Fourest et Alain Finkelkraut débattent en Israel

A aucun moment, elle ne rappelle à Finkielkraut ses déclarations racistes, lorsqu’il écrivait « les Noirs et les Arabes ont la haine de la France », ou encore « les Antillais vivent de l’assistance de la métropole », ou encore « l’équipe de foot de France est ’black-black-black’, elle est devenue la risée de toute l’Europe ». Dans Le Point, il écrit à propos du livre « La Rage et l’orgueil » d’Oriana Fallaci ( une auteure qui écrit « Les musulmans se reproduisent comme des rats », et « souillent les églises d’occident des miasmes nauséabonds de leurs excréments ou de leur urine » ) que « Oriana Fallaci a l’insigne mérite de ne pas se laisser intimider par le mensonge vertueux. Elle met les pieds dans le plat, elle s’efforce de regarder la réalité en face. »

Pas la moindre remarque sur le gouvernement d’apartheid israélien par exemple :

Qui arrêtera la barbarie israélienne ?

De toute évidence, Caroline Fourest est la représentation parfaite de l’opportuniste, sa supposée conscience humaniste ne trompe plus grand monde, depuis toujours elle n’agit qu’en vue de sa réussite personnelle, sans cesse elle prétend combattre l’extrême droite et reprend les mêmes arguments qui sont devenus pour elle un véritable fond de commerce. A l’image d’un Philippe Val, Caroline Fourest est engagée dans un processus du « toujours plus », la condition sinéquanon à son changement de statut.

Non à Caroline Fourest la « porte-parole de l’islamophobie de gauche » à la fête de l’Huma !

« J’aimerais mieux être un opportuniste et flotter, que couler à pic, mes principes autour du cou. »
Stanley Baldwin

Rudy Reichstadt

Rudy Reichstadt, l’apprenti faussaire

Animateur du blog Conspiracy Watch, qui a pour but revendiqué de déjouer les théories du complot sans qu’on sache très bien le tri opéré entre les bonnes et les mauvaises. Car en 2006, Rudy signait un article très complotiste pour « La Revue républicaine« , de tendance gaulliste souverainiste. Jugez plutôt : « La stratégie sarkozienne. En avril 2004, en visite à Washington, celui qui était alors Ministre de l’économie et des finances, n’a pas hésité à répondre favorablement à l’invitation à déjeuner de représentants de l’influent American Jewish Comitee (AJC). Cette visite, qui, selon les termes d’Esther Benbassa, « a eu un impact très fort en France », prend place dans une stratégie de conquête du « vote juif » — aussi contestable que puisse apparaître ce type d’expression — qui ne doit rien à l’improvisation. C’est que « beaucoup de juifs éprouvent de la gratitude pour Nicolas Sarkozy », comme l’affirme Roger Cukierman, le président du CRIF. Le 30 mars 2006, Nicolas Sarkozy s’est ainsi vu décerner le prix de l’homme politique de l’année par l’Union des patrons et professionnels juifs de France (UPJF). Accueilli avec enthousiasme jusque parmi les rangs de l’Hachomer Hatzaïr, association sioniste pourtant classée à gauche, Nicolas Sarkozy doit sa popularité auprès des organisations communautaires juives à ses prises de position fermes sur l’antisémitisme, à son intransigeance sur la délinquance, et à sa démarcation de la ligne traditionnelle des gaullistes en terme de politique étrangère. Il est en effet l’un des rares présidentiables à proposer aussi clairement de réorienter la politique proche-orientale de la France, jugée pro-arabe, en faveur d’un soutien plus franc à l’Etat d’Israël, comme peuvent en témoigner ses récents propos sur la guerre du Liban. En outre, dans un contexte d’affrontement communautaire larvé entre juifs et musulmans, le Ministre de l’Intérieur se présente en grand consolateur de « la Communauté ». De sorte que dans l’imaginaire d’une partie non-négligeable de l’électorat juif, Nicolas Sarkozy est devenu celui qui, dans les banlieues comme sur la scène internationale, « tient tête aux Arabes. […] Nul doute que le chef de l’UMP voudrait pouvoir entretenir d’aussi bonnes relations avec toutes les autres organisations communautaires. Aussi n’hésite-t-il pas à faire des appels de pieds aux diverses sectes évangéliques ou encore à l’Eglise de scientologie qu’il qualifie pudiquement, dans son livre La République, les religions, l’espérance, de nouveaux mouvement spirituels.

Du communautarisme au républicanisme incantatoire

En 2005, un an auparavant, sur le forum du Nouvel obs, il avait témoigné de toute son admiration à Régis Debray : « Mon cher Monsieur Debray, je me permets une telle familiarité car le peu de choses auxquelles je crois, en matière politique, ce sont vos livres sur cette éternelle et répétitive comédie, la politique. »
En 2007-2009, nouveau changement de cap, cette fois à droite toute ! Il collabore à la revue néo-conservatrice « Le Meilleur des mondes », qui est le bras droit propagandiste du « Cercle de l’Oratoire ».
C’est au Cercle de l’Oratoire que nous trouvons Pierre-André Taguieff, son père spirituel, qui lui aussi selon ses dires lutte contre le Fascisme et les théories du complot (comparons : 58 Résultats pour la recherche de « Taguieff » sur le moteur de recherche du site Conspiracy Watch, 0 Résultats pour « Regis Debray »).

Comme tous les opportunistes, Rudy Reichstadt pratique le tri sélectif et à aucun moment il ne souligne l’implication de Pierre-André Taguieff au sein du site DREUZ, journal internet de propagande de Bat Ye’Or l’essayiste créatrice de la théorie conspirationniste et islamophobe Eurabia, dont le concept est repris par la majeure partie des mouvements de l’extrême droite européenne.

Taguieff écrivait : « Fallaci vise juste, même si elle peut choquer par certaines formules. » Rappelons que Fallaci la journaliste fut inculpée pour diffamation contre l’islam.

Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie

« Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels. »
Pierre-André Taguieff, France Inter, 1997

Rudy Reichstadt, le témoin militant, juge et partie

 

Tristan Mendès France, l’éternel blogueur

Fils de l’universitaire Michel Mendès France et petit-fils du célèbre président du conseil de la quatrième république, Pierre Mendès France, aujourd’hui encore référence idéologique d’une partie de la gauche française. Chroniqueur occasionnel sur France Culture, tout comme Rudy Reichstadt, il participe à la revue Pro-Choix de Fiametta Venner et Caroline Fourest et anime un blog de contre-culture.

Fiammetta Venner, rebelle de la pensée dominante 

Directrice de publication de la revue Prochoix, elle fait aussi partie de la rédaction de Charlie Hebdo. Elle écrit « Le 5 mai 2002, Jacques Chirac est réélu président de la République avec plus de 82 % des voix. (…) Le soir même, sur la place de la République, des dizaines de milliers de Français viennent exprimer leur soulagement et leur joie devant la tribune de Chirac. Beaucoup sont d’origine maghrébine. Les caméras immortalisent cette adhésion au candidat de la droite. Un homme connu pour sa politique étrangère pro-arabe, tandis que son adversaire socialiste Lionel Jospin avait reçu des pierres en Palestine pour y avoir qualifié le Hamas de mouvement terroriste. »

Pour elle et sa compagne Caroline Fourest, le mot « islamophobie » a été pensé par les islamistes pour piéger le débat au profit de leur lutte contre le blasphème. Il est urgent de ne plus l’employer pour combattre à nouveau le racisme et non la critique laïque de l’islam. Une théorie contestée par le journaliste Alain Gresh, qui nous indique que l’on retrouve l’expression « délire islamophobe » dès 1925 en France. Le terme « islamophobie » était même apparu dès 1910 dans l’ouvrage d’Alain Quellien « La politique musulmane dans l’Afrique Occidentale Française », ainsi que dans d’autres publications de la même époque, comme l’ouvrage de Maurice Delafosse « Haut-Sénégal-Niger » publié en 1912.

Hollywood et les Arabes

Mohamed Sifaoui, l’étrange (dés)informateur

Journaliste, écrivain algérien installé en France, membre du « Meilleur des Mondes » la revue néoconservatrice éditée par « le Cercle de l’Oratoire ».

Dans un entretien accordé en 2008 au Middle East Quarterly, dirigé par Daniel Pipes (néo-conservateur américain), il estime que « près de 20% des musulmans de la planète doivent être totalement rééduqués mais aussi combattus politiquement, idéologiquement et militairement ». L’islamisme serait selon lui comparable au fascisme et au nazisme.

Dans l’émission de TF1 « Le Droit de savoir, j’ai infiltré le Milieu asiatique », Mohamed Sifaoui présente cette population comme refusant l’intégration et dit de ses membres qu’ils ne respecteraient ni les lois ni les règles républicaines françaises, et qu’elle « ne pense qu’à gagner de l’argent ».

Affaire Estelle Mouzin : En janvier 2008, M. Sifaoui intervient, il explique avoir entendu parler de la découverte d’un corps d’enfant par des ouvriers lors des travaux de transformation d’un entrepôt de Brie-Comte-Robert en restaurant. Dix personnes sont ensuite mises en garde à vue et sont rapidement relâchées après démolition du sol du restaurant à la pelleteuse qui n’a révélé que des ossements d’animaux et pas de cadavre humain. Mais il s’agissait d’un ancien entrepôt industriel devenu à la fin de l’été 2007 un restaurant chinois.

Après avoir infiltré Al-Qaida, Sifaoui infiltre Arte

Antoine Vitkine, multi-tâches sans scrupules

Il est lui aussi membre du « Cercle de l’Oratoire », qui édite la revue « Le Meilleur des Mondes ». Réalisateur de documentaires pour la télévision française, en particulier pour la société de production Doc en Stock, fondée par Daniel Leconte (dont les documentaires sur la banlieue ont été dénoncés comme racistes et malhonnêtes, Marianne titrait « La Cité du mâle » : le docu qui fait mal au journalisme).

Barbara Necek, la sous-traitante

Auteur elle aussi de films documentaires principalement pour la société de production Doc en Stock, une entreprise très proche des milieux néoconcervateurs français. 

En 2008, elle réalise le reportage Génération Irak, qui a pour objectif de venter l’état d’esprit patriotique des jeunes soldats qui s’engagent dans l’armée américaine. Aujourd’hui, un vétéran américain se suicide toutes les 80 minutes.

Un vétéran américain se suicide toutes les 80 minutes

JeanCharlesBrisard

Jean-Charles Brisard, un pas en avant, deux pas en arrière

Consultant international, spécialiste des questions liées au terrorisme, il écrit en 2001 : « Ben Laden, la vérité interdite », en collaboration avec Guillaume Dasquié, un livre qui retrace les négociations secrètes entre l’administration Bush et les talibans,basé sur le rapport « Brizard-Marsaud » d’intelligence économique transmis à Jacques Chirac au lendemain des attentats par son commanditaire, le sulfureux Jean Marie Messier, alors PDG de Vivendi-Universal, ex Generale des Eaux reconvertie à l’insu de ses actionnaires dans le capitalisme des images, secteur spéculatif hasardeux si on n’est pas soi-même américain, comme SONY en fera l’expérience plus tard aussi.